jeudi 14 décembre 2017

Mac, le chat câlin qui a trouvé sa famille


C'est au refuge où je suis bénévole que j'ai fait la connaissance de Mac.
Le matou d'un an fut trappé car il était à la rue depuis un certain temps. Dès son arrivée au refuge, nous avons compris qu'il n'allait pas y rester longtemps et qu'une adoption allait vite avoir lieu !
Mac est hyper câlin, gentil, doux, se laissant prendre dans les bras et sur les genoux, et sociable avec ses congénères. Un chat plein de qualités.
Il n'est pas du tout craintif et il recherche la compagnie des hommes.


Nos pronostics de bénévoles sont tombés juste, car le beau Mac ne sera resté que 3 jours au refuge ! Il a fait craquer une famille.
Il faut avouer qu'il savait se vendre, se frottant contre les jambes des visiteurs, ronronnant à tout va et faisant les yeux doux.
Il n'a pas été difficile de le prendre en photo car il était très à l'aise face à mon objectif. J'avais même l'impression qu'il était ravi de poser, car comme ça je m'occupais de lui !




mercredi 13 décembre 2017

Une promenade à Saint-Germain-des-Prés, Paris 6e


C'est l'un des quartiers les plus anciens et mythiques de Paris. Saint-Germain-des-Prés a attiré, et attire encore, beaucoup d'artistes.
Situé dans le 6e arrondissement de Paris, ce quartier d'une superficie de 28 hectares est desservi par les stations de métro : Saint-Germain-des-Prés, Saint-Sulpice, Odéon, et Mabillon.
Depuis le XVIIe siècle, Saint-Germain-des-Prés exerce un vrai pouvoir d'attraction sur les peintres, les écrivains, les sculpteurs... Ces artistes aiment l'ambiance de ce quartier à l'allure d'un village.
Les superbes hôtels particuliers, les cours intérieures où le temps semble ne pas avoir de prise, les petites rues pavées, les jolies places, font de Saint-Germain-des-Prés un lieu très agréable pour une balade. 


C'est à l'époque médiévale qu'une petite agglomération s'est formée autour de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. On retrouve des vestiges de cette époque dans l'architecture des certains immeubles. Mais c'est après la Seconde Guerre mondiale que ce quartier va devenir un haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne.
Marguerite Duras, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Juliette Gréco, Jean-Luc Godard, Jacques Prévert, Alberto Giacometti, et François Truffaut se retrouvaient dans les cafés de Saint-Germain et refaisaient le monde.
Les livres et les tableaux qui vont naître à Saint-Germain-des-Prés ne se comptent plus !






lundi 11 décembre 2017

Les clichés poétiques du photographe sud-coréen Kim Jung Man


J'ai découvert les clichés du photographe sud-coréen Kim Jung Man lors d'un reportage, et j'ai eu un véritable coup de cœur pour son art.
Je vous fais partager cette sublime découverte ! C'est lors d'un reportage sur Arte sur la Corée du Sud que j'ai pu voir un entretien avec ce talentueux photographe.
Ce reportage s'appelle : "La Corée du Sud, le pays aux multiples miracles. Séoul, c’est tout un roman". Il est visible en replay et je vous le conseille car il permet de rencontrer différents artistes coréens.

Le photographe Kim Jung Man est l’un des artistes coréens les plus connus dans le monde. Ces photos sont poétiques, remplies de finesse et d'une tradition picturale asiatique.
Kim Jung Man a étudié la peinture à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Nice de 1974 à 1977, et cela se ressent dans ses photos qui se regardent comme des tableaux.


Kim Jung Man est né en 1954 à Cheorwon, en Corée. Adolescent, il va quitter son pays natal pour les campagnes du Burkina Faso en Afrique, où son père travaille comme médecin.
Après avoir étudié la peinture en France, à Nice, il se découvre une passion pour la photographie.
En 1977, Kim Jung Man remporte le prix du jeune photographe aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles. C'est à cette même période qu'il retourne en Corée afin de renouer avec ses origines.
Après avoir travaillé comme photographe de mode, il décide de se consacrer aux paysages de campagne de la Corée. Ses photos sont envoutantes.





jeudi 7 décembre 2017

L'impasse Vassou, Paris 12e, une découverte dans le quartier de Bel-Air


L'impasse Vassou est une petite voie parisienne secrète et qui possède un style champêtre.
Située dans le 12e arrondissement de Paris, elle fait partie du quartier de Bel-Air. Ce quartier est un vrai vivier de petites impasses et ruelles qui ont pu conserver un charme pittoresque.
La station de métro Porte de Vincennes est la plus proche de l'impasse.
L'impasse Vassou est entourée de maisons et d'immeubles aux façades colorées. On peut également y voir de jolies cours intérieures.


L'impasse Vassou doit son nom à celui d'un propriétaire local.
Elle débute au 35, rue de la Voûte et se termine en impasse. Il faut être attentif car on aurait vite fait de la manquer tant elle est discrète !
D'une longueur de 64 m et d'une largeur de 5 m, cette impasse parisienne est très agréable à photographier et à visiter.





mardi 5 décembre 2017

Jean d’Ormesson, inoubliable, en 10 citations


Comme tous les matins, j'allume mon ordinateur, je regarde les infos, et j'apprends la mort de Jean d’Ormesson. L'écrivain et académicien s'est éteint à l'âge de 92 ans.
J'ai aimé ses livres, autant que ces interventions toujours remplies d'esprit et de drôlerie à la télé. Jean d’Ormesson était souvent invité sur les plateaux de télévision. Télégénique, bavard, ironique, élégant, il était l'invité rêvé.
Cet homme aux pommettes hautes et au regard bleu pervenche à l'expression malicieuse, toujours habillé avec soin, un brin dandy, était même devenue une icône de mode !

Né en 1925, Jean d’Ormesson sera normalien et agrégé de philosophie. Il va entreprendre une carrière de haut fonctionnaire, en collaborant rapidement à des journaux.
Il entre à l'Académie française en 1973 et devient directeur du Figaro de 1974 à 1977.
Ses romans vont connaître un immense succès. Les intrigues sont construites autour de plusieurs personnages et d’Ormesson y glisse très souvent des anecdotes personnelles !
"Mon dernier rêve sera pour vous", "Presque rien sur presque tout", "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle", sont 3 livres de l'auteur que j'ai beaucoup aimé. Jean d’Ormesson était connu pour ses phrases et analyses, à la fois légères et profondes. L'homme avait cette qualité si rare et appréciable, celle de ne pas se prendre au sérieux.  
Voilà ses 10 citations que je préfère :

- "Rien n'est plus proche de l'absolu qu'un amour en train de naître."

- "Tout le bonheur du monde est dans l'inattendu."

- "C'est le langage qui crée l'homme."

- "La télévision est un spectacle. C'est une tribune, une scène, un journal du monde, un stade, un cirque."

- "Ecrire est difficile, parce qu'on est toujours dépassé par son livre."

- "La culture est proche d'une façon d'être, d'un coup de foudre, d'une fête toujours inachevée du bonheur."

- "Toute mort est un mystère parce que toute vie est un mystère."

- "Rien n'est plus difficile pour chacun d'entre nous que de situer ce qu'il a fait et de se situer soi-même à sa juste mesure."

- "Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde."

- "On peut tout dire de l'amour. Tout ce qu'on en dit est vrai, et le contraire aussi."

dimanche 3 décembre 2017

"Les Noces rebelles" avec Leonardo DiCaprio et Kate Winslet. Un grand film


Il y a des films qui laissent un souvenir durable, des films qui marquent. "Les Noces rebelles" fait partie de ces films marquants.
Ce film américano-britannique réalisé par Sam Mendes, est sorti en 2008. Je ne l'ai pas vu lors de sa sortie, j'ai donc pu le voir sur Netflix. Il est également possible de le voir en DVD.
Plus de 10 ans après le mythique "Titanic", on retrouve le couple Leonardo DiCaprio / Kate Winslet. Quel couple ! Deux acteurs formidables.
Il faut avouer que "Les Noces rebelles" n'a pas grand chose à voir avec "Titanic". Seul le duo d'acteurs est similaire.
"Les Noces rebelles" est un superbe moment de cinéma. Cette immersion dans une famille américaine des années 50 est passionnante.


Le synopsis du film :
Au milieu des années 1950, April et Frank Wheeler forment un jeune couple américain qui, en apparence, a tout pour être heureux.
Ils refusent de se conformer à l'inertie banlieusarde où ils vivent et jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales.
Pourtant, les années passants, ils finissent par devenir exactement tout ce qu'ils ne voulaient pas être. Ils mènent des vies à la fois conventionnelles et ennuyeuses.
Décidée à changer de vie et ne supportant plus son quotidien de femme au foyer, April élabore un autre mode de vie. Frank va-t-il la suivre ?


"Les Noces rebelles" est un film très maîtrisé
et Sam Mendes confirme qu'il est un talentueux réalisateur.
Leonardo DiCaprio et Kate Winslet sont époustouflants. Kate Winslet est sublime en femme perdue et torturée, et Leonardo DiCaprio prouve une fois de plus qu'il est un des meilleurs acteurs de sa génération.
Il incarne un Frank Wheeler dépassé par les souhaits de son épouse, coincé dans son emploi sans intérêt, mais apeuré à l'idée de quitter sa vie confortable.
L'acteur Michael Shannon est également excellent dans son rôle de type barré. On le voit assez peu dans le film mais il fait partie de ces comédiens qui crèvent l'écran à chaque scène.
Avec "Les Noces rebelles", on entre dans l'intimité de ce couple qui part à la dérive.

La réalisation, le scénario et la bande-son, sont captivants. "Les Noces rebelles" fait la part belle à ses acteurs en leur permettant de jouer avec toutes leurs émotions.
Dans pas mal de scènes il y a peu de dialogues, tout se passe en silence, avec des plans sur les visages, les décors, les objets, et c'est encore plus vrai.
C'est un film fort et qui comprend son lot de scènes émouvantes. Il pose également bien des questions. La condition de la femme américaine dans les années 50 est largement abordée. Le souci des critiques, les conventions sociales, l'amour, sont aussi des thèmes que l'on retrouve dans ce film.

jeudi 30 novembre 2017

Paris la nuit, sur le pont Alexandre III


Paris la nuit prend des allures plus secrètes et chargées de mystères. J'aime ces balades dans ce Paris nocturne. La ville lumière n'a jamais aussi bien porté ce nom.
Pour cette balade dans ce Paris la nuit, je suis allé sur le pont Alexandre III, qui est un des plus beaux et majestueux ponts de Paris.
Ce pont franchissant la Seine entre le 7e et le 8e arrondissement de Paris est desservi par les stations de métro Invalides ou Champs-Elysées-Clemenceau.
On est surpris par son étendue et la vue qu'il propose sur la grande Dame de fer ! 
Illuminé par 32 candélabres en bronze, le pont Alexandre III est hyper photogénique.


Inauguré pour l'Exposition universelle de Paris en 1900, le pont Alexandre III fut destiné à symboliser l'amitié franco-russe.
La première pierre fut posée par le tsar Nicolas II de Russie, l'impératrice Alexandra Fedorovna et le président Félix Faure, le 7 octobre 1896.
La construction de cet ouvrage d'art fut confiée aux ingénieurs Jean Résal et Amédée Alby, ainsi qu'aux architectes Cassien-Bernard et Gaston Cousin.
Ce pont métallique de 45 mètres de large est composé d'une seule arche de 107 mètres. Quatre immenses pylônes sont surmontés de bronzes dorés.
On se promène sur le pont Alexandre III, on admire les vues de Paris, les statues, les reflets des lumières dans la Seine... Tout est à voir.