jeudi 22 février 2018

Les collections de porcelaines du musée Cognacq-Jay, Paris 3e


Le musée Cognacq-Jay est un très beau musée intimiste qui renferme une importante collection d'œuvres et d'objets d'art du 18e siècle.
Ces collections furent réunies entre 1895 et 1925, par Ernest Cognacq et son épouse Marie-Louise Jaÿ. Ils vont léguer l'hôtel particulier et ses collections à la Ville de Paris.
Le musée Cognacq-Jay est situé dans le 3e arrondissement de Paris. La station de métro Saint-Paul est la plus proche du lieu.
Ce musée, installé dans l'hôtel de Donon, comprend différentes collections, et parmi celles-ci, il y a une belle et variée collection de porcelaines !
Ces porcelaines sont d'une extrême finesse et ont été réalisées par de célèbres artistes : Johann-Joachim Kaendler, Friedrich Elias Meyer, et bien d'autres.
Une salle du musée est consacrée à ces porcelaines.


Beaucoup de porcelaines de Saxe sont présentes au musée Cognacq-Jay.
La porcelaine de Saxe regroupe les productions de plusieurs manufactures allemandes de la région de Saxe à partir du début du 18e siècle.
Cette porcelaine provient de la ville de Meissen. La manufacture royale de Meissen est la plus connue.
Différentes scènes ou personnages sont représentées.
Les visages sont expressifs et les animaux ont tous des courbes réalistes.
Certaines porcelaines sont montées sur bronze et les couleurs sont superbes.
Cette collection unique au monde vaut le coup d'œil !
Adresse : 8 rue Elzévir, 75003 Paris






mardi 20 février 2018

Tavík František Šimon, ses peintures de Paris sous la neige


Les images d'un Paris sous la neige furent d'actualité il y a un peu plus d'une semaine. Les rues et monuments parisiens ont été bien enneigés.
L'artiste tchèque Tavík František Šimon, grâce à ses pinceaux, a immortalisé Paris sous la neige !
Au cours de sa vie, Tavík František Šimon va beaucoup voyager à travers le monde et il va exécuter de nombreuses études : des dessins, des aquarelles, et des gouaches. Il va passer de nombreuses années à Paris, et le Paris enneigé va beaucoup l'inspirer.
Ses œuvres sont délicates, l'artiste étant influencé par les peintres impressionnistes et les techniques de l'art japonais. Le mélange de ces influences donne un beau résultat.
Pour ses peintures de Paris sous la neige, Tavík František Šimon aura pour prédilection des vues de Notre-Dame de Paris.


Tavík František Šimon (1877-1942), est un peintre, graveur et enseignant tchèque.
Il va étudier l'art à l'Académie des beaux-arts de Prague. Sa première exposition aura lieu à Prague, en 1905. L'année suivante, il va exposer ses œuvres à Paris.
Son atelier parisien était situé au 83 boulevard du Montparnasse et il va fréquenter beaucoup d'artistes de Montparnasse. La vie parisienne lui plaisait et l'inspirait.
En 1928, Tavík František Šimon retourne à Prague où il deviendra professeur aux Beaux-arts de Prague jusqu'en 1938. Les scènes de rues et les monuments des différents pays qu'il va visiter seront ses principaux sujets.






dimanche 18 février 2018

La fête du Nouvel An chinois au Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e


Le Nouvel an chinois, connu comme "fête du printemps" par les chinois, a commencé le 16 février 2018. C'est justement ce jour-là, que la fête du Nouvel An chinois a eu lieu, au Faubourg Saint-Honoré.
De nombreux évènements sont organisés en ce moment dans Paris afin de fêter le Nouvel An chinois.
J'ai donc pris la direction du Faubourg Saint-Honoré, dans le 8e arrondissement de Paris, pour assister à cette célébration.
De 14h30 à 16h30, une revue de lions et de dragons dansant sur des rythmes traditionnels, a défilé dans tout le Faubourg Saint-Honoré !
Une fois sur place, j'ai vu les deux grandes portes lumineuses rouges, qui sont installées en hommage à la Chine.


Beaucoup de gens sont arrivés, prenant place sur les trottoirs du Faubourg Saint-Honoré, pour assister au spectacle.
J'ai tout d'abord entendu un bruit de tambours et cymbales, et la magie des costumes a fait le reste ! C'est vraiment un beau spectacle.
Le cortège fut composé d'une trentaine d'artistes, beaucoup étant là pour donner vie aux lions et au dragon. Ces gigantesques personnages avec leurs couleurs et décorations sont superbes.
Les percussionnistes avaient également une grande importance car ils complétaient l'ambiance.
Ce fut un excellent moment festif.







jeudi 15 février 2018

Le Nouvel An chinois : l'exposition de peintures d’artistes chinois, à la mairie du 3e arrondissement de Paris


Les festivités du Nouvel An chinois commencent ! Le 16 février, le Coq de Feu va laisser sa place au Chien de Terre.
Le Chien 狗 (prononcer : gǒu) est le 11e animal du cycle zodiacal chinois. Les natifs de ce signe seraient : sensibles, justiciers, et artistes. Pas mal comme caractère !
La France fête avec enthousiasme le Nouvel An chinois et différents évènements sont organisés dans les quartiers chinois de Paris. De grandes villes telles que Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Rennes, et d'autres fêtent également ce Nouvel An.
Toutes ces fêtes vont avoir lieu jusqu'à la fin du mois.
La mairie du 3e arrondissement de Paris, pour la 18ème année consécutive, propose différents évènements, dont-une exposition de peintures d’artistes chinois.


C'est avec plaisir que je me suis rendu à cette exposition et que j'ai pu découvrir les œuvres de ces artistes.
La mairie du 3e arrondissement de Paris est un très bel endroit et les toiles des artistes y sont parfaitement mises en valeur. La hauteur sous plafond de la mairie est impressionnante et l'escalier qui mène à l'exposition est majestueux.
Les différentes œuvres présentées sont toutes superbes et c'est un régal pour les yeux ! Cette exposition est gratuite.
Durant 2 semaines, je vais aller à pas mal d'évènements et je ne manquerai pas de vous en parler.
Vivement dimanche 25 février de 14h à 17h, pour le rendez-vous du grand défilé traditionnel du Nouvel An chinois, dans le 13e arrondissement de Paris. Adresse : 2 Rue Eugène Spuller, 75003 Paris






mardi 13 février 2018

Linu, le beau matou roux


J'ai rencontré Linu lorsqu'il était chez sa famille d'accueil.
Bénévole dans un refuge, je rencontre le plus souvent les animaux dans les locaux de l'association, mais il arrive que certains pensionnaires soient en familles d'accueil.
Ce jour-là, nous conduisions Linu chez le véto pour ses vaccins.
Le jeune matou roux était ravi de nous voir, très sociable et accueillant. Chez le véto il a été sage comme une image, tout heureux de recevoir de l'attention.


Linu n'est pas resté longtemps à l'adoption, ce qui n'a rien d'étonnant. Gentil, câlin, doux, s'entendant bien avec ses congénères, le félin avait toutes les chances de trouver sa famille pour la vie.
Ce beau chat tout roux, aux yeux presque de la même couleur que son pelage, a pris la pose avec plaisir face à mon objectif !
Détendu, regard charmeur, Linu fut un parfait modèle.





dimanche 11 février 2018

3 bonnes séries découvertes sur Netflix


Pendant les soirées hivernales, rien de mieux que de regarder une bonne série, en étant confortablement installé bien au chaud.
Netflix propose des séries par dizaines, je suis donc partie à la recherche de bonnes séries que j'allais regarder avec plaisir. Je sélectionne souvent mes séries en fonction des synopsis, mais il m'arrive aussi de les sélectionner en fonction du casting !
Ces 3 séries que j'ai pu découvrir m'ont vraiment beaucoup plu et j'ai enchaîné les épisodes facilement et en ayant hâte de suivre les aventures des personnages.
Altered Carbon, Prison Playbook, et Nola Darling n'en fait qu'à sa tête, sont 3 séries très différentes et que je vous conseille :

Altered Carbon


Le synopsis de la série : Dans un futur où les humains peuvent transférer leur esprit d'un corps à l'autre, un homme est ramené à la vie, 250 ans après sa mort.
Takeshi Kovacs est un ancien soldat et seul survivant d’un groupe de guerriers d'élite vaincus lors d’un soulèvement contre le nouvel ordre mondial.
Son esprit est emprisonné pendant des siècles, jusqu’à ce que Laurens Bancroft, un homme richissime et vivant depuis plusieurs siècles, lui offre la chance de vivre à nouveau. Il y aura cependant certaines conditions à ce retour à la vie.

Mon avis : Altered Carbon est une série de science-fiction américaine, créée par Laeta Kalogridis d'après le roman du même nom de Richard K. Morgan paru en 2002.
J'ai parfois du mal avec les séries de science-fiction que je trouve souvent invraisemblables, mais alors là, j'ai été pris par cette histoire dès le premier épisode !
Ce monde futuriste, où l'immortalité est possible grâce à la capacité de numériser le cerveau humain, est passionnant à découvrir. C'est une série originale et pleine de rebondissements.
Le casting est aux petits oignons, les musiques sont très belles, les scénarios et les décors sont super étudiés.
Je me suis vite attaché aux personnages et j'ai comme l'impression qu'Altered Carbon va connaître un joli succès !


Prison Playbook


Le synopsis de la série : Le célèbre joueur de baseball Kim Je Hyeok est arrêté et emprisonné après qu'il ait violemment battu l'agresseur de sa sœur.
Condamné à une peine de prison, il découvre peu à peu l'univers carcéral. Un de ses amis d'enfance, Lee Joon-Ho, un gardien de cette même prison, se promet de le protéger.

Mon avis : J'ai décidé de regarder cette série sud-coréenne car l'acteur Jung Kyung Ho interprète l'un des rôles principaux. Je l'avais trouvé excellent dans "Beating Again", une série qui m'avait captivé !
Fan des séries sud-coréennes, je n'ai pas été déçu avec Prison Playbook. Cette série est très bien écrite et les deux personnages principaux, Kim Je Hyuk et Lee Joon Ho, sont taillés sur mesure.
Prison Playbook, c'est avant tout l'histoire d'une vraie et profonde amitié. Il y a du rire, du drame, de l'intensité.
Le personnage de Kim Je Hyeok est vraiment sympa, mais au fil des épisodes on découvre d'autres histoires, et d'autres personnes également très intéressantes.
Voilà encore une série sud-coréenne qui a su me séduire !


Nola Darling n’en fait qu’à sa tête


Le synopsis de la série : Nola Darling, une jeune artiste peintre, lutte pour définir son identité et trouver du temps pour ses amis, son travail, ses trois amants... et sa maîtresse.

Mon avis : Ce qui m'a attiré dans cette série : le fait que Nola soit artiste peintre et qu'elle veuille réussir dans son art. La série ne résume pas qu'à ça, loin de là.
Nola Darling n’en fait qu’à sa tête (She’s gotta have it), est une adaptation du deuxième film de Spike Lee, par le réalisateur lui-même.
Cette série est vraiment innovante, pas du tout politiquement correcte, et c'est justement ce qui m'a tant plu. Nola Darling, artiste peintre afro-américaine, est une intellectuelle, elle brise les stéréotypes, et veut s'affranchir en tant que femme et artiste.
La série ne tombe jamais dans la caricature. Son héroïne est drôle, attachante, battante et fragile, tout simplement humaine. Nola Darling est incarnée par la très belle DeWanda Wise.
Nola Darling n’en fait qu’à sa tête est une grande réussite. C'est rythmé, bien réalisé, et pertinent.

jeudi 8 février 2018

"House of Z" le documentaire qui retrace les succès et la reconstruction du couturier Zac Posen


Zac Posen est un créateur de mode américain encore jeune - il est né en 1980 - mais son parcours est déjà riche en succès, embuches, et ténacité pour réussir un comeback.
C'est sur Netflix que j'ai vu "House of Z", le documentaire qui est consacré à ce talentueux couturier.
La cinéaste canadienne Sandy Chronopoulos a suivi pendant plusieurs années, caméra sur l'épaule, le couturier Zac Posen, et elle assisté à ses moments de gloire comme de chute ! Car oui, Zac Posen va connaître bien des déboires.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce passionnant documentaire qui nous fait entrer par la petite porte dans l'univers si feutré de la mode et de ses codes.
À cela, s'ajoute la personnalité de Zac Posen, personnage romanesque et attachant, hyper doué et passionné.


Le documentaire commence par les images d'un petit Zac Posen,
entouré et adoré de sa sœur et de ses parents. Zac Posen est issu d'un milieu privilégié. Sa mère est avocate et son père est artiste peintre.
Le jeune Zac se montre très tôt doué pour les arts et il s'intéresse vite à la mode. Il va aller dans les plus prestigieuses écoles de stylisme, soutenu par ses parents et sa sœur.
Dans ces écoles il rencontre de jeunes gens qui, tout comme lui, sont plutôt bien nés. Des mannequins, des photographes, des copains stylistes...

À seulement 21 ans, il va installer son premier atelier dans le salon de ses parents ! Il coupe ses robes, maîtrises déjà les volumes à la perfection, et devient vite la coqueluche des New-yorkais passionnés de mode.
Ses premiers défilés ont un succès incroyable et il est qualifié de petit génie de la mode américaine. Naomi Campbell, Karen Elson, Emma Stone... Elles veulent toutes porter du Zac Posen !
Comment garder la tête froide devant tout ce succès ? Zac Posen va en vouloir toujours plus, et se perdre, n'arrivant plus à gérer le stress et les exigences du monde de la mode. C'est aussi à ce moment qu'il entre en conflit avec ses proches.
Ses parents et sa sœur claquant la porte de l'entreprise, épuisés des demandes de Zac. Et la descente commence.


Le jeune homme est épuisé et dangereusement amaigri. D'un fort tempérament, il va trouver la force de se reconstruire, et de reconquérir le succès.
On assiste à l'élaboration de sa collection, on est émerveillé par ses sublimes robes qui sont de véritables pièces d'art. Zac Posen trouvant son inspiration dans les tableaux et l'architecture.
Le couturier ne cède pas à la facilité, toutes les robes du défilé sont faites à la main. Il supervise tout, a un œil partout. "House of Z" suit Zac Posen dans son travail comme dans sa vie intime, et j'ai particulièrement aimé la relation qu'il entretient avec sa famille.
Au fil du documentaire, Zac Posen ne cesse de se remettre en question. C'est ce qui va lui permettre de renouer de beaux et solides liens avec ses parents et sa sœur, qui sont de vrais piliers dans sa réussite et son équilibre.