mardi 23 avril 2019

Paul-César Helleu, le talentueux portraitiste de la Belle Époque


Paul-César Helleu fut un véritable virtuose dans l'art du portrait. Toute la haute société de la Belle Époque rêvait d'avoir son portrait signé Helleu !
Les portraits de Paul-César Helleu sont d'une grande élégance. Le trait de crayon est souple, les couleurs sont légères, les courbes délicates.
Les visages des modèles sont sereins, parfois un brin lointains dans les regards. C'est ce style raffiné qui va faire de Helleu la star des portraits de la période de la Belle Époque.
Artiste précis et talentueux, Helleu était capable d'exécuter un portrait en une heure et demie.
Le succès de Paul-César Helleu sera immense, tant à Paris, qu’à Londres et New York.


Paul-César Helleu (1859-1927), est un peintre et graveur français.
En 1876, il est admis à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Jean-Léon Gérôme. Il est surtout inspiré par les artistes qui peignent en plein air.
Il va se lier d’amitié avec Whistler, John Singer Sargent, et Giovanni Boldini, puis avec Claude Monet qu’il rencontre lors de la deuxième exposition des impressionnistes.
Remarqué dans plusieurs expositions, Paul-César Helleu grâce à son excellent trait de crayon va devenir le portraitiste à la mode.
Helleu va également réaliser des peintures de Versailles et des marines, mais ce sont surtout ses portraits qui encore aujourd'hui en font un artiste de référence.





dimanche 21 avril 2019

Le Paris d'antan et bucolique dans le 11e arrondissement


Le 11e arrondissement de Paris est situé sur la rive droite de la Seine. Il est au centre des places de la Nation, de la République et de la Bastille.
Dans cet arrondissement plutôt discret, on peut tomber sur de superbes rues et impasses au charme bucolique et qui ont une allure d'antan. On a l'impression que rien n'a bougé depuis des centaines d'années !
Les vitrines des boutiques, les cours intérieures, il est possible de découvrir de petites pépites.
Le passage Lhomme fait partie de ces endroits si particuliers qui méritent une visite. C'est au 26 rue de Charonne que débute ce beau passage. On peut y flâner tranquillement, et le Paris agité semble désormais bien loin.


Pour continuer cette visite champêtre dans le 11e arrondissement de Paris, la cour de l'Ours est également intéressante. Elle débute au 95 rue du Faubourg Saint-Antoine et se termine en impasse.
Cette belle cour accueillante pourrait tout à fait servir de décor pour des films historiques.
Les passages Saint-Maur et Saint-Bernard sont aussi dans ce même style.
Voilà des lieux du 11e arrondissement de Paris qui ne peuvent qu'enchanter leurs visiteurs.






vendredi 19 avril 2019

L'envol du cygne ailes vers le haut : peinture à l'acrylique


Observer l'envol d'un cygne, c'est toujours assister à un moment plein de grâce et d'élégance. Il est vrai que le cygne est un oiseau particulièrement majestueux.
Lorsque le cygne prend son envol, il y a cette eau qui s'agite, donnant encore plus de mouvements à la scène.
Dans cette peinture à l'acrylique sur toile sur châssis en bois, le cygne s'envole, étirant ses ailes vers le haut. De longues ailes puissantes.


D'un format de 46x38 cm, j'ai peint cette toile à l'acrylique.

Afin de renforcer les couleurs et de leur donner un vrai contraste, j'ai passé du vernis sur la toile une fois que celle-ci fut terminée.
J'apporte beaucoup d'attention au cygne, mais également aux reflets de l'eau et à ses mouvements.
Oiseau aquatique, le cygne et l'eau sont indissociables.


mercredi 17 avril 2019

Claude Monet, ses peintures de Venise


Lorsque Claude Monet est arrivé à Venise, il s'est exclamé : "C'est trop beau pour être peint, C'est inrendable !"
Pourtant, ce maître de l'impressionnisme a décidé d'immortaliser Venise grâce à ses pinceaux ! Artiste rarement satisfait de lui-même, détruisant ses toiles par dizaines, il a peint Venise avec passion.
Venise ne pouvait que plaire à Monet : l'eau est dans toute la ville, notons que l'eau est un des sujets favoris de l'artiste, et les couleurs de cette ville sont multiples.
Claude Monet a 68 ans quand il découvre Venise. C'est par un 1er octobre 1908, avec son épouse Alice, qu'il pose le pied à Venise.
Il était déjà allé en Italie, mais n'était jamais passé par Venise.


Durant son séjour à Venise, Monet va réaliser 37 toiles qui vont représenter différents sujets : le Palais des Doges, le Grand canal, le Palais de Mula Morosini, et les fameuses gondoles.
Grand insatisfait, Claude Monet écrira au marchand d'art Gaston Bernheim : "Bien que je sois enthousiasmé de Venise et que j'y aie commencé quelques toiles, je crains bien de ne pouvoir rapporter que des commencements qui seront uniquement des souvenirs pour moi."
Le séjour du peintre à Venise va durer deux mois, et il va peindre la ville d'une manière remarquable.
Les peintures ont des tons harmonieux, tout est serein et d'une grande finesse.
Avec ses œuvres vénitiennes, Claude Monet donne des envies de voyages à Venise !






mardi 16 avril 2019

Notre-Dame de Paris, en partie ravagée, mais debout


Notre-Dame de Paris, ce chef-d’œuvre de l’architecture gothique, monument mondialement connu visité par des millions de touristes, a été en partie ravagée par un incendie.
Les images de cette majestueuse cathédrale dont tout le toit est en flamme circulent en boucle sur les chaines infos.
Comme la grande majorité des personnes qui voient ces images, je suis touché, choqué.
On la pensait indestructible Notre-Dame de Paris ! De la voir ravagée par les flammes nous rappelle que finalement, rien n'est à l'abri d'un désastre dans ce monde.

Bien plus qu'une histoire de religion, de passé, de symbole parisien, Notre-Dame de Paris représente tout le savoir-faire des compagnons qui ont réalisé ce chef-d'œuvre.
Notre-Dame de Paris fut secouée par les flammes, sa flèche en est même tombée, mais elle a résisté ! Elle est là, encore debout, et c'est le plus important.
Oui, elle sera différente, les travaux vont être longs et difficiles pour qu'elle retrouve toute sa beauté, mais c'est possible !
Dans cet article, pas de photos de Notre-Dame de Paris luttant contre les flammes, mais une cathédrale fière et élégante, fidèle à sa renommée.








dimanche 14 avril 2019

"Féline" de Bu Hui-ryeong. L'amitié entre un chat vagabond et une adolescente


Je suis tombé sur ce livre à la librairie du musée Guimet, dans la sélection des livres des auteurs coréens. Précisons qu'il n'est pas nécessaire de payer l'entrée du musée pour accéder à la librairie.
Après avoir lu la 4e de couverture, je me suis dit que "Féline" serait probablement une agréable lecture, et je confirme cette impression !
On s'attache vite aux personnages, et le regard que le jeune chat porte sur les humains est excellent : doux, critique, et souvent juste.
"Féline" de Bu Hui-ryeong est un beau roman poétique.


Le résumé :
Voici un jeune chat errant, qui doit srumonter les difficultés de la vie après la disparition de sa mère.
Voici une adolescente un peu sauvage qui vit seule avec sa grand-mère et fuit le contact avec les autres, de peur d'être blessée.
Tous deux se rencontrent dans un parc, et aussitôt, le chat croit reconnaître en elle un de ces êtres de légende qui comprennent le langage des chats.
C'est sûr, ils sont faits l'un pour l'autre !
Une belle histoire d'amitié entre un jeune chat vagabond et une adolescente, qui apprennent ensemble à affronter la vie, leurs peurs et leur solitude.

Mon avis :

"Féline" de Bu Hui-ryeong est une jolie histoire entre un jeune chat vagabond de 6 mois et une adolescente rebelle. Tous les deux, ils vont apprendre à vivre ensemble, malgré leurs différences.
La particularité de ce récit est le fait que le narrateur soit le chat. Minet, nous raconte sa vie de chat des rues, son attachement à ses "humains" et ses impressions sur le monde des bipèdes :
"Il arrive parfois que les humains se montrent plus sages que nous, mais pas toujours. Sur deux points, ils sont particulièrement bêtes.
Tout d'abord, ils sont incapables d'oublier le passé. Ensuite, ils s'inquiètent à l'avance de l'avenir. Du coup, ils ratent le plus important : le présent.
Ils ignorent la valeur de ce qu'ils possèdent. Ils désirent toujours ce qu'ils ne peuvent pas obtenir. Quelle bêtise !"


L'auteure de "Féline", Bu Hui-ryeong, a très bien su décrire le monde des petits félins, leur attitude à la fois douce, fière et indépendante.
Deux parcours se croisent et se rencontrent, celui de Minet et de Minyeong, jeune fille au caractère affirmé et qui souffre secrètement d'un manque d'amour. Elle vit avec sa grand-mère, souvent maladroite avec l'adolescente.
Minet et Minyeong vont apprendre à se faire confiance, tous deux affrontant leurs doutes et angoisses.
La famille habite dans un quartier pauvre de Séoul, et grâce à ce livre le lecteur découvre le mode de vie des coréens.

La lecture de "Féline" est subtile, comme savent si bien le faire les auteurs asiatiques.
"Féline" de Bu Hui-ryeong est un roman qui se lit très vite, et après l'avoir fini, je me suis dit qu'il ferait une belle adaptation pour un film, un dessin animé, voire une série coréenne !

vendredi 12 avril 2019

Portrait d'Ava Gardner : dessin à l'encre de Chine


Ava Gardner fut surnommée pendant des décennies : "la plus belle femme au monde". Un surnom non usurpé car cette actrice était magnifique.
Actrice iconique d'Hollywood, Ava Gardner va tourner avec les plus grands réalisateurs et connaître une carrière prestigieuse.
Ava gardner possède un visage que je trouve aussi beau qu'inspirant. C'est pourquoi je l'ai dessiné.
La première fois que j'ai vu la belle actrice, c'était dans le film "Mogambo". La brune et fatale Ava Gardner donnait la réplique à la douce et blonde Grace Kelly. Tout opposait les deux actrices, mais pourtant elles devinrent les meilleures amies.


J'ai dessiné ce portrait d'Ava Gardner avec la technique de l'encre de Chine. Il est de format 24x32 cm.
Mannequin, puis actrice, Ava savait poser telle une déesse. Avec ses yeux en amande, sa bouche pulpeuse, et ses pommettes hautes, Ava Gardner captive le regard.
Il y avait un moment que je voulais réaliser le portrait d'Ava Gardner. C'est maintenant chose faite !