dimanche 18 juin 2017

"Histoire d'une femme libre" de Françoise Giroud, une histoire très intéressante


"Histoire d'une femme libre", c'est le récit autobiographique de la journaliste et auteure Françoise Giroud. Récit que tout le monde pensait détruit !
Ce livre fut découvert sur les étagères de l'Imec (Institut Mémoires de l'Edition Contemporaine) où Françoise Giroud l'avait mis avec ses archives. Alix de Saint-André a retrouvé le manuscrit et il est enfin publié.
C'est en parcourant les allées de la médiathèque que je suis tombé sur ce livre. Aussitôt vu, aussitôt emprunté !
Je ne regrette pas ce choix car j'ai vraiment été très intéressé par ce récit autobiographique. Françoise Giroud l'écrivit durant l'été 1960, pendant qu'elle était en convalescence, après sa tentative de suicide.
C'est un texte à l'écriture fluide, plein de sincérité et de recul.


Le résumé : Été 1960. Françoise Giroud vient de subir le plus grand échec de son existence : sa mort.
De nombreux verrous bloquant la porte de sa chambre, une dose plus que létale de poison avalée, le téléphone débranché, elle avait tout prévu... sauf que deux solides gaillards iraient jusqu'à défoncer une cloison pour l'arracher à un coma déjà profond.
Il lui faudra vivre. Plaquée par Jean-Jacques Servan-Schreiber, sa passion, et virée de L'Express, ce journal de combat qu'ils avaient fondé ensemble, en brave petit soldat, elle repart pour la guerre avec la seule arme dont elle dispose : sa machine à écrire.

Mon avis : J'ai aimé ce livre, car Françoise Giroud analyse avec lucidité ses réussites et échecs, son parcours, en étant combative et sans amertume.
Engagée par Hélène Lazareff comme directrice de rédaction pour la création du magazine Elle, elle va fonder L'Express, en 1953, avec son amant Jean-Jacques Servan-Schreiber.
En 1960, Françoise Giroud à 44 ans, et avec "Histoire d'une femme libre", elle fait le bilan de son enfance, de sa carrière dans le monde de l'édition, de ses rencontres, et en particulier des hommes qui ont traversé son existence.
Elle parle tout d'abord son père qui ne l’aime pas, puis de son amour malheureux pour Marc Allégret, et de sa rencontre avec Jean-Jacques Servan-Schreiber.

Jean-Jacques Servan-Schreiber était un homme puissant, et face à lui Giroud a temporisé, cédé, mais elle réalise que ce n'était pas la solution. Il reprend sa vie en main.
Elle est épuisée, fragile, blessée, et pourtant si avide de se reconstruire après cette tentative de suicide.
Travailleuse et intelligente, l'auteure décrit ses combats de femme, ce combat pour être une femme libre !
"Je suis une femme libre. J'ai été, donc je sais être, une femme heureuse... Qu'y a-t-il de plus rare au monde ?", écrit-elle. Ce récit, cette introspection, sont une vraie réussite !

3 commentaires:

  1. J'ai acheté ce livre, au hasard d'un rayon Emmaüs, j'ai aussi beaucoup aimé.
    C'est une belle lecture qui donne aussi envie de mieux se connaitre.
    Je suis aussi contente de voir que des livres hors sorties retentissantes font aussi partie de la blogo !
    Merci :)
    Alix - A tire d'elle
    http://a-tire-d-elle.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet une introspection peut s'avérer utile pour avancer.
      Merci, J'aime parler de livres qui ne sont pas toujours "des petits nouveaux"

      Supprimer
  2. coucou

    j'apprécie bcp les autobiographies, de voyage notamment pour l'effet instantané des morceaux de vie lors d 'un périple, mais celui dont tu parles donne aussi l 'envie de connaitre l'auteur sur son parcours, ses interrogations....malgré que je connaisse comme tout le monde, françoise giroud

    RépondreSupprimer